Connaissez-vous … Achille Chavée ?

Du 14 septembre au 15 décembre 2019, la ville de La Louvière rend hommage à Achille Chavée, le plus grand poète de la rue Ferrer, à l’occasion des 50 ans de son décès. Cet homme au béret légendaire et aux multiples talents a longtemps arpenté les rues du Centre. Il a marqué aussi bien le conscient que l’inconscient collectif. Les nombreuses manifestations mises en place par plusieurs partenaires explorent les différentes facettes de ce personnage haut en couleurs.

Afin de mieux connaître cet individu qui se définissait comme étant « un vieux peau-rouge qui ne marchera jamais en file indienne », nous avons choisi deux des nombreuses possibilités offertes par « Les Talents d’Achille » : une exposition et une pièce de théâtre. 

L’exposition :

IMG_20191007_150340L’exposition « Le plus grand Poète de la Rue Ferrer » présente le cadre de vie de ce personnage hors du commun et permet aux visiteurs de faire sa connaissance de façon assez originale. Nichée à l’étage de la Maison du Tourisme du Parc des Canaux et Châteaux, Place Mansart, elle se décline en quatre espaces bien distincts. Le premier nous permet de rencontrer l’Homme né à Charleroi en juin 1906 et dont la famille s’installe à La Louvière en 1921. Très engagé politiquement, il s’affilie au POB (Parti Ouvrier Belge), il participe aux grèves de 1932 ainsi qu’aux Brigades Internationales lors de la guerre d’Espagne. Visionnaire, il prend part à la formation de groupes hainuyers ayant des idées politiques et artistiques d’avant garde. Plus connu comme poète, il a pourtant été un animateur d’Art éclairé qui, proche de nombreux artistes, acceptait d’organiser leurs expositions ou de préfacer leurs catalogues. En 1934, il crée avec d’autres, le groupe surréaliste wallon «Rupture» faisant de La Louvière un des berceaux du surréalisme belge et participe ensuite au Mouvement CoBrA.

IMG_20191007_151330De 1925 à 1930, il entame et réussit des études de droit à l’Université libre de Bruxelles. Stagiaire pendant deux ans en l’étude de Maître André à La Louvière, Il ouvre en 1938 son propre cabinet à Charleroi avant de revenir dans sa ville de cœur. Avocat original de par son accoutrement très particulier (béret souvent chargé de poils de sa chienne Mimitte et cheveux longs) et sa démarche caractéristique, il s’inscrit comme défenseur des causes perdues. C’est son bureau qui occupe la deuxième partie de l’exposition.

En 1932, il rencontre Simone Vanderstock, fille d’un mineur socialiste et libre penseur et l’épouse en 1938. il partagera avec elle une relation faite d’amour et de haine comme en attestent certaines de leurs lettres exposées dans les vitrines ainsi que la photo d’un mur de leur cuisine sur lequel a atterri un pot de moutarde lancé lors d’une scène de ménage. Le poète a trouvé le résultat « artistique » ! A vous d’en juger !

 

Le quatrième et dernier espace est consacré aux bistrots dans lesquels Achille se rendait fréquemment. Il y fumait des cigarettes Saint Michel rouges et Saint Michel vertes, y buvait des verres de vin rouge et/ou des chopes de bière blonde, refaisait le monde avec des passants ou des amis et écrivait régulièrement sur les sous-verres en carton qui parfois finissaient à la poubelle. Certains ont survécu et sont précieusement conservés dans les vitrines.

 

Les murs de la salle sont ornés d’aphorismes qui sont la signature de ce poète. Je ne puis m’empêcher de vous en présenter quelques-uns, ainsi que quelques vers extraits de ses œuvres.

  • « En Mai, écris ce qui te plaît. »
  • « Il arrive d’être généreux dans l’avarice ; il arrive aussi d’être avare dans la générosité. »
  • « Tant va la plume au vent qu’elle finit par écrire un poème sur un nuage de papier vierge. »
  • « Nous sommes dans une certaine mesure les passagers clandestins d’un voyage interdit. »
  • « Le grand style, c’est vendre une vache tachetée de trèfles à quatre feuilles pour un hélicoptère. »

 

La pièce de Théâtre :

 

« Les talents d’Achille – Achille Chavée 1906-1969 », pièce jouée les 27, 28 et 29 septembre 2019, au Palace de La Louvière, compte-rendu :

20190927_talents_d_achille_2-768x1086Un décor de café. Des nappes recouvrent ici un bar, là une table et un canapé. Deux pupitres en arrière-scène, des instruments de musique et accroché au mur du fond, un écran. On devine qu’il y aura un film, des musiciens et Jean-Claude Derudder, celui qui va nous parler de Chavée, le plus grand poète de la rue Ferrer.

Le film commence dès l’entrée des comédiens, habillés élégamment, pantalon noir, chemise blanche, gilet noir. Seul Derudder, représentant Chavée portera une veste et une écharpe (rouge). On reconnaît le batteur Antoine Cirri et le saxophoniste Michel Mainil, artistes réputés de la région et dans le milieu du jazz. Ils joueront tout au long de la pièce, s’accordant des pauses pour une partie de cartes au bar ou un verre de rouge.

misere_borinageLe film est signé du réalisateur montois Stefan Thibeau. C’est un montage d’images d’archives, reprises de films (on reconnaît la grève filmée-montée, du très beau Misère au Borinage d’Henri Storck et Joris Ivens, 1933) et d’actualités d’époque.

Chavée est mort en 69 à La Hestre d’un cancer du poumon, il n’écrira jamais sur mai 68, mais d’après des témoignages, il en était heureux, lui qui a vu tant de soulèvements. Grèves de 36, guerre d’Espagne, grève de 60. De tout cela, il en sera question, et de bien d’autres, car Derudder évoque aussi bien les amours de Chavée, à savoir sa mère et Simone son épouse que ses engagements politiques, surtout la guerre d’Espagne, lui qui s’est embrigadé dans les Brigades Internationales pour l’Espagne républicaine et dont on lui fera souvent grief.

L’art de Derudder est d’entremêler harmonieusement l’histoire du poète et les poèmes ainsi que ces fameux aphorismes. On entend l’acteur et on entend Chavée.

Plus que les talents d’Achille, ce sont les talents de Jean-Claude Derudder qui nous donnent à aimer ce poète dont plus rien n’existe à La Louvière, hormis une rue (l’ex-Rue Ferrer, rebaptisée en 1977 Rue Achille Chavée), des aphorismes écrits sur quelques bâtiments et ses livres (dont plusieurs sont disponibles à la location à la Bibliothèque de Morlanwelz).

La pièce de théâtre rentre dans les festivités d’hommage à Achille Chavée. D’autres dates ne sont pas prévues, mais nous vous tiendrons informés si elle est à nouveau programmée. Entre temps, d’autres événements sont encore visibles, plus d’informations sur Les talents d’Achille.

Et pour aller plus loin :

Jean-Philippe Querton, éditeur responsable de la maison d’Edition « Cactus » spécialisée dans les recueils de formes brèves, a sorti un livret intitulé : « Silence Chavée, tu m’ennuies », le titre étant lui-même un aphorisme du poète. Le livre en contient 1031, classés par année de publication, et à savourer sans modération. (Références : Publimag Centre S43 du 23 octobre 2019, page 5)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s