Quelques explications à propos de… Pâques.

 

Le printemps, même s’il reste frileux, est bien là. Si le soleil ne darde que timidement ses rayons, la nature a capté ce signal. Parcs et jardins reverdissent, se parent de couleurs chatoyantes, les fleurs roses, rouges, jaunes, blanches illuminent notre quotidien. Les oiseaux ne sont pas en reste, ils pépient, virevoltent, préparent leurs nids. Il y a dans l’air des prémisses de fête et de bonheur. Pâques n’est pas loin et cela se sent !

Pâques est une fête particulière car elle semble universelle. Qu’on soit Juif, Catholique, Orthodoxe, Athée, Païen ou autre, on a tous une bonne raison d’y adhérer. En effet, Pâques est, pour toutes et tous, le symbole du renouveau et ce, depuis très longtemps. Il semblerait que, dès la préhistoire déjà, les peuples fêtaient le retour du beau temps au moment de la pleine lune de printemps. Ils oubliaient ainsi les longues journées d’hiver, tout comme nous, près de 3000 ans plus tard !

sheep-248632__480

Pâques semble être à l’origine une fête plutôt pastorale. Un agneau était sacrifié et son sang, utilisé pour entourer la porte d’entrée de la maison, de la tente ou de la cabane, protégeait la maisonnée des mauvais esprits. Une fête plus agricole, célébrée par un peuple sédentaire, pouvait y être associée, celle du pain sans levain ou pain azyme.

cover-r4x3w1000-57e17966af42f-des-rites-anciens-celebrant-le-renouveau-a-laPlus tard, ces fêtes ont été associées à l’exode du peuple hébreu. A l’époque des Pharaons, les Hébreux étaient maintenus en esclavage en Egypte. Avec Moïse, ils traversèrent la Mer Rouge pour rejoindre la Terre promise. Ce véritable passage de la servitude à la liberté est célébré par les juifs sous le nom de PÂQUE issu du mot hébreu « Pessah », signifiant « passer au-dessus » (des eaux de la Mer Rouge),  mais aussi « protéger ou épargner », d’où le rite lié à l’utilisation du sang de l’agneau pascal.

51469127Les chrétiens commémorent un évènement qui s’est déroulé au moment de la Pâque juive aux alentours de l’an 30 : la crucifixion et la résurrection de Jésus-Christ. Voilà la raison pour laquelle le nom de Pâques est attribué à cet évènement.

Plusieurs symboles sont présents lors de ces fêtes.

  • Comme noté ci-dessus, l’agneau est le plus ancien de tous les symboles de Pâques. Il semble omniprésent sur les différentes tables, quelque soit l’option confessionnelle des convives. Il ne faut pas oublier qu’il est également sacrifié et dégusté par les musulmans au moment de l’Aïd-el-Kebir, une quarantaine de jours après la fin du Ramadan. Il représente pour tous une idée de douceur et d’innocence.sheep-3264732__480

    faberge
    œufs de Fabergé
  • L’œuf occupe également une place non négligeable. Miracle de la vie, de pureté, délice régénérant, il s’offre pour fêter la résurrection et pour rompre les 40 jours de privations imposés par le Carême. Dans l’Antiquité, les Perses les teignaient en rouge, les offraient comme cadeaux porte-bonheur pour fêter le nouvel an qui tombait au début du printemps. A partir du XIIIe siècle, la coutume d’offrir des œufs se répandit en Occident. Œufs de ferme chez les pauvres, parfois peints ou simplement colorés, tandis qu’ils étaient en or richement décorés chez les nobles, tels les célèbres œufs de Fabergé à la cour de Russie, à la fin du XIXe siècle. easter-3123834__340Jadis, les paysans enfouissaient des œufs de poule dans leurs champs pour leur accorder fertilité. Pour d’autres, enterrer les œufs de Pâques peints à la main au pied d’une vigne la faisait pousser plus rapidement. Certains pensaient même que si l’œuf restait enterré pendant cent ans, le jaune deviendrait un diamant ! On peut toujours rêver ! A l’heure actuelle, aux quatre coins de la planète, les œufs sont peints et décorés jusqu’à devenir, parfois, de véritables œuvres d’art !

 

  • bells-2957570_960_720Les cloches ne sont pas en reste. Lors de la passion du Christ, les cloches cessent de sonner en signe de recueillement et de deuil. Or jadis, lorsque montres et horloges n’existaient pas encore, c’étaient les cloches des églises ou des beffrois qui rythmaient la vie de tous. Inutile de préciser que la population était en liesse lorsque ces voyageuses revenaient de Rome et déversaient sur les terres survolées de nombreux œufs, signes de renaissance et de joie partagée. D’où l’engouement de tous, petits et grands, pour les chasses aux œufs.
  • Le chocolat est une tradition plus récente. Elle date de la première moitié du XIXe siècle lorsque les moulages en forme d’œuf des chocolatiers ont fait leur apparition.
  • Le lapin est originaire d’une vieille tradition populaire qui dit qu’à Pâques, c’est au tour des lapins de couver les œufs !

easter-3204589__480Cependant, les coutumes varient d’un pays à l’autre. Les messagers de Pâques diffèrent mais restent toujours très appréciés. En Suisse, c’est le coucou qui tient la vedette, alors qu’au Tyrol, c’est la poule. Le lapin blanc est préféré en Allemagne et même en Australie, tandis que son cousin le lièvre est choisi par les anglo-saxons.

Des proverbes découlent de cette fête. Les connaissez-vous?

  • « Se faire poissonnier la veille de Pâques » signifie « s’engager dans une affaire, lorsqu’il n’y a plus aucun avantage à en espérer ».
  • « Se faire brave comme un jour de Pâques » signifie « s’habiller comme on le ferait un jour de fête ».

Des mots ou noms bien connus découlent de cette appellation.

  • Les prénoms « Pascal » et « Pascale »,
  • L’Ile de Pâques, située en Polynésie (Océanie), d’une superficie de 118 Km². Jadis appelée Rapa Nui, elle a changé de nom suite à sa découverte le jour de Pâques en 1722 par l’explorateur hollandais Jacob Roggeven.

    Constituée d’un énorme bloc de lave, culminant à 500 mètres par un cratère triangulaire, elle est célèbre pour ses gigantesques statues inachevées.

  • La pâquerette, modeste fleurette qui fleurit à Pâques, a hérité de ce joli nom alors que son appellation latine classique est bellis et qu’elle aurait pu être baptisée « bellide ».

Les coutumes culinaires.

Outre l’agneau, les œufs et le chocolat présents sur la table de Pâques, un grand classique n’est pas oublié. Il s’agit de la brioche de Pâques qui est souvent confectionnée en famille. Parents, grands-parents, enfants et petits-enfants se rejoignent à la cuisine et lapins, oursons, tresses et autres formes naissent sous leurs doigts.

La brioche de Pâques.

Ingrédients :

  • 1kg de farine,
  • 5 œufs,
  • 5 cuillères à soupe de sucre,
  • 300 gr de beurre ramolli,
  • 2 paquets de levure,
  • 2 zestes de citron non traité,
  • 2 paquets de sucre vanillé,
  • 1 bol d’eau tiède,
  • une pincée de sel,
  • un peu de lait.

Recette : 

  • Dans un bol, mélanger les œufs avec le sucre.
  • Y ajouter les zestes de citrin, le sucre vanillé, le sel, le beurre ramolli et un peu de lait.
  • Diluer la levure dans le bol d’eau tiède.
  • Ajouter la farine.
  • Mélanger tous les ingrédients jusqu’à former une pâte.
  • Laisser lever dans un endroit tempéré jusqu’à ce qu’elle double de volume.
  • Au moyen de la pâte, confectionner les formes choisies ( lapins, poussins, canards, ours, ronds, tresses, etc.).
  • Y déposer éventuellement des œufs frais ou cuits durs.
  • Mettre les sujets sur une plaque de four et laisser reposer une 30aine de minutes.
  • Enfourner à 180°C et laisser cuire jusqu’à obtention d’une jolie couleur dorée. (durée variable en fonction de la dimension des pièces modelées).

Bon appétit à toutes et à tous, gourmandes et gourmands ou simplement gourmets ! Et surtout, très belles fêtes pascales sous le soleil.

Références utilisées pour la rédaction de cet article :

image_paque

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s