Si vous n’étiez pas là… Première Conférence sur le Numérique et la Parentalité.

 

 

Vendredi dernier, la bibliothèque a accueilli Isabelle KIDAWA pour la première conférence du cycle « Numérique et Parentalité ». Une dizaine de personnes de tous âges étaient présentes, démontrant ainsi que le sujet de « l’Information et des Fake News » intéressait tout autant les jeunes que leurs ainés.

20190315_134744Isabelle Kidawa travaille à Gilly dans un centre d’information pour la Jeunesse (Ener’J) situé dans un Espace Public Numérique (EPN) où elle rencontre des adolescents de 12 à 26 ans. Elle y anime des ateliers destinés, notamment, à mettre les jeunes en garde contre le cyberharcèlement, à détecter les Fake News, à utiliser le Net avec un certain regard critique et à y développer un comportement citoyen.

Le thème abordé ce jour était celui de la recherche d’informations sur le net, de la problématique de trouver les plus adaptées, souvent noyées parmi tant d’autres, et de vérifier la véracité des propos tenus dans les articles choisis avant de les partager tous azimuts.

banner-909710_960_720

detective-1424831_960_720Un tour de table réalisé pour connaitre les moyens utilisés par chacun et chacune pour valider les informations recueillies (s’intéresser aux sources, consulter des articles sur le même thème sur un autre site, vérifier certaines données au dictionnaire, auprès d’une personne qualifiée, etc.), nous a permis de constater que la recherche d’informations réelles et véridiques était un véritable travail d’enquêteur.

questions-1014060_960_720Lorsqu’on prend connaissance d’un fait, que ce soit dans la presse écrite, via un journal télévisé, sur le Net, sur un blog, voire sur les réseaux sociaux, il est nécessaire, avant tout partage, de se poser une série de questions. Celles-ci concernent le média, l’auteur de l’article, le contenu de celui-ci ainsi que les sources utilisées, sans oublier les photos ou les vidéos qui l’illustrent parfois. Si vous prenez l’habitude de les poser, cela deviendra très vite un automatisme et les anomalies vous sauteront immédiatement aux yeux.

twitter-292994_1280

Le média choisi est-il FIABLE (hebdomadaire renommé pour son sérieux, document satyrique, blog, réseaux sociaux, etc.) ? Est-il marqué politiquement (gauche, droite, extrême droite, neutre, propagandiste, antisémite, etc.) ?

e-mail-3239670_1280L’auteur est-il FIABLE (journaliste reconnu, blogueur, collectionneur passionné, etc.) ? Est-il marqué politiquement ? Quelle est sa production précédente pour déterminer un axe idéologique ? Quelle est son intention réelle (information documentée et véridique, partage d’une passion pour un artiste ou un objet, endoctrinement, racisme, orientation politique en vue des élections, etc.) ? Quel est son but (informer, vendre, partager, soutenir des personnes qui ont une même vision des choses, etc.) ? Donne-t-il un avis personnel ?

network-4025614_1280La source est-elle existante ? Correctement répertoriée ? Est-elle FIABLE ? Identifiable ? Reconnue ? Exacte ? Il est nécessaire de savoir que divers sites de « ré informations » se copient les uns les autres, propagent bon nombre de messages totalement erronés et répondent souvent à des objectifs de propagande. Quelques exemples : Réseau International, Panamza, QUENEL +, Les moutons enragés. Inutile de préciser que de tels sites ne propagent aucune information validée. Sharedcount permet en y recopiant l’adresse du site qui nous intéresse, de savoir le nombre de personnes qui l’ont consulté.

Le contenu est particulièrement important.

20190315_131850

Quel est le type de document (article seul, photo avec commentaire, etc.) ?

  • Quel est le contexte dans lequel il est produit (propagande, élections, racisme, passion, etc.)?
  • Quel est le but (information claire et pertinente, partage de connaissances artistiques, culinaires, autres.)?
  • sad-2192410_960_720Joue-t-il sur les émotions? Ceci est capital car si c’est le cas, l’article risque de provoquer des réactions…donc de nous influencer et de nous faire agir. Et comporte-t-il des photos? Par exemple, la photo d’une mignonne petite fille sale et désemparée circulait sur le net dans le but d’obtenir des fonds pour les orphelins d’une catastrophe or, après vérifications, cette photo avait été réalisée des années auparavant par un photographe de renom dans un tout autre cadre que celui d’une catastrophe.
  • Provoque-t-il des réactions? C’est ce qui est souhaité. Et sert- il à un groupe de personnes? Exemple : Nous sommes à la veille des élections et l’axe utilisé par les politiques cette fois est le climat. Dans tous les médias, sont mises en avant, toutes les manifestations des jeunes et moins jeunes pour sauver la planète, les promesses d’actions dans ce sens de certains partis politiques, etc.

 

  • Repose-t-il sur des faits ou sur des opinions? Contient-il des généralisations ?Exemple : Les années précédentes, l’axe des politiques était plutôt la lutte contre les migrants.  Les médias ont affiché de nombreuses photos d’échanges musclés entre policiers et soi-disant « migrants » accompagnées de commentaires haineux ce qui incitait la population à avoir peur d’être envahie et à développer une réelle crainte envers les « étrangers ». Or lorsqu’on consulte les statistiques, il n’y a pas eu plus de migrants cette année-là que précédemment. Il ne s’agissait que de préjugés jetés à la foule pour l’inciter à voter pour certains partis. Ces photos, lorsqu’une contre-recherche était effectuée, étaient des extraits de films de cinéma bien antérieurs à toute cette polémique.

 

search-engine-464183_960_720.jpgEn résumé de tout ceci, nous pouvons conclure que lorsque nous sommes intéressés par un sujet, il est obligatoire de faire une contre-recherche. Pour effectuer celle-ci, il est nécessaire de consulter des BASES DE DONNEES. Il en existe pour tous les sujets. Elles renseignent, signalent des liens avec divers supports mais nécessitent parfois un mot de passe, un login ou même un abonnement.  Exemple : ICHEC. 

Sur ces bases, certains articles peuvent être payants. Un impératif absolu, être attentif aux dates des parutions car certaines d’entre-elles, toujours présentes sur le Net, sont devenues totalement obsolètes.

google-1618520_960_720Le moteur de recherche le plus fréquemment utilisé est le célèbre GOOGLE qui utilise des cookies (sponsoring publicitaire) et où tout est étudié pour nous y faire rester le plus longtemps possible (cliquer sur articles soi-disant intéressants uniquement pour augmenter la cagnotte des sponsors mais également pour nous profiler et nous enfermer ainsi dans une certaine catégorie nous empêchant de consulter le reste du panel de possibilités.). Cependant, il en existe d’autres qui ont de la « Pub » mais non ciblée et qui n’utilisent pas nos données personnelles dont http://www.lilo.org/fr (projets gouvernementaux et sociaux en France), http://www.qwant.com (onglets pour juniors renvoient à des contenus plus adaptés) , htpps://ecogine.org (axé sur la planète), etc.

question-2309040_960_720Si vous souhaitez connaitre la provenance réelle d’une image ou d’une vidéo, il suffit d’insérer le lien de cette dernière dans « Google Image ». D’autres sites sont également disponibles pour vérifier une vidéo.

 

Certains sites comme Le Gorafi, The Onion, NORD PRESSE Toute l’actualité résument, parfois de façon satyrique, toute l’info selon des sources contradictoires.

laptop-1723059__340

Un outil bien utile pour gérer tous les liens personnels les plus fréquemment consultés (favoris), le rangement étant réalisé en colonnes  : PAPALY. 

D’autres modèles existent en nuages ou en organigrammes selon les  préférences de chacun.

Avant de partager ou de commenter un article, il faut l’analyser d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un discours de haine. 

aggression-705678_960_720Se renseigner est obligatoire et est parfois réalisé par les adultes. Par contre, les ados ne le font quasiment jamais ! Or, dans ce cadre, un esprit critique est plus que bienvenu car il aide à éviter tout excès, à développer une certaine vigilance et à conserver un juste milieu de tolérance. Les questions suivantes pourront vous aider à y voir plus clair :

  • Pourquoi ? Quelle est l’intention réelle de l’auteur ? Provoquer, choquer, nuire, rire, enrôler, attrister, vendre, etc. ?
  • Qui ? Quel est le public-cible ? Des jeunes désœuvrés, des défenseurs acharnés des droits de l’Homme, des politiques, des ados, des adultes, des personnes en situation précaire, etc.  ?
  • Quoi ? Quel est le contenu ? Propagande, idées fausses, faits réels, faits modifiés, sources citées ?
  • Comment ? Quel est le ton utilisé ? Haine, humour, etc. ?  quels sont les supports privilégiés ? Blog, Forum, autre ?
  • Quand ? Dans quel contexte est-ce présenté ?
  • Où ? Quelle est la portée géographique ? médiatique ?

question-2415069_1280

Parfois, après analyse, certains sont tentés de répondre. Voici quelques questions à se poser afin de concevoir une réaction appropriée :

decision-1013712_960_720

  • Pourquoi ? Quel est l’objectif de ma réaction ? Rectifier une erreur, réparer une offense, injurier l’auteur, etc. ?
  • Qui ? A qui va s’adresser ma réaction ? Aux haineux, aux victimes, aux spectateurs, etc. ?
  • Quoi ? Quel va être son contenu? Quel va être le type d’approche ? Les valeurs évoquées seront-elles en phase avec la Chartre des Droits de l’Homme ?
  • Comment ? Quel ton est utilisé ? Neutre, agressif, humoristique, satyrique, etc. ? Quel support va être utilisé ?
  • Quand ? Dans quel contexte vais-je répondre ? A quel moment et à quelle fréquence par rapport au texte ou à la photo qui déclenchent la polémique ?
  • Où ? Quel sera le canal utilisé ? Il peut y en avoir plusieurs, en même temps ou à des moments différents, ce qui renvoie à la fréquence.

NHSM-logo-EN

Lorsqu’un contenu rencontré n’est pas légalement autorisé, il est obligatoire de le renseigner au plus vite, idéalement à plusieurs pour avoir plus de poids. A qui ? Soit aux médiateurs des réseaux sociaux, soit à des associations spécialisées en fonction des sujets, soit à NO HATE, mouvement citoyen d’internet composé d’activistes qui s’engagent à réagir contre tous les propos menant à la haine.

D’autres existent également comme UNIA, Non à la Haine, MARAX ou mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, sans oublier « Vie Féminine » !

Il ne faut surtout pas oublier que toute absence de réaction et de solidarité peut mener à des situations terribles comme le suicide par exemple. 

En conclusion, INTERNET est un formidable outil qui nous permet, en un seul clic, d’avoir accès à un panel quasi illimité de données mais qu’il faut utiliser avec un esprit critique et dans le respect des droits de chacun.

51-9UXl3u9L._SX273_BO1,204,203,200_Si en attendant la conférence suivante et gratuite, plus axée sur les pistes à suivre pour contrer les dérives d’internet (harcèlement, piratage, etc.) prévue le vendredi 22 mars de 13h à 15h à la Bibliothèque de Morlanwelz (réservation obligatoire au 064/431.695), vous avez envie de vous détendre et de vous informer un peu plus sur le sujet, le livre de Normand Baillargeon, illustré par CHARB, aux Editions Instinct de Liberté – Lux, 2006, 338 pages, est fait pour vous ! Bonne lecture !

Venez nous rejoindre. Nous vous attendons nombreuses et nombreux ce vendredi 22 mars. Attention, cette conférence est annulée pour des raisons indépendantes de notre volonté. Consultez nos prochains articles pour connaitre la date de reprogrammation. Mille excuses!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s