Quelques explications à propos… des rites du carnaval (2)

 

Dans l’article précédent, nous avons développé les rites des carnavals qui, comme nous avons pu nous en rendre compte, ont de multiples points communs (« Tous semblables »). Cette fois, nous continuons comme promis avec la facette « Tous différents ».

Le temps du Carnaval est d’une grande richesse folklorique. Chaque pays, chaque ville, chaque village, chaque région, tous ont développé des coutumes particulières, ont conservé des traditions souvent très anciennes (musiques, danses, costumes…) et même parfois, très étranges. Les festivités du carnaval sont l’occasion pour les habitants de se rencontrer dans un contexte festif et non-violent.

Découvrez, avec moi, 6 carnavals du monde parmi tant d’autres :

1466082880_participants-a-la-gran-cabalgata-las-palmasLe très renommé Carnaval de Tenerife, auquel assistent près de 500.000 spectateurs, a l’avantage de se dérouler dans plusieurs communes de l’île et perdure ainsi pendant quasiment un mois entier. L’essentiel des festivités se déroulent à Santa Cruz, la capitale, dont les rues sont envahies, pendant plusieurs jours, par des groupes bigarrés, joyeux et désinvoltes. L’élection de la Reine des fêtes,  le grand défilé des chars ou « Coso » ainsi que l’enterrement de la sardine sont les clous du spectacle, sans oublier la musique omniprésente ainsi que les chansons pleines d’esprit et d’ironie. En 2019, du 27 février au 10 mars.

 

mardi_grass_new_orleans_french_quarter_parade_louisiana_float-982558Dès janvier et février, de nombreuses festivités liées au carnaval se déroulent dans ce joli coin de Louisiane aux maisons décorées, pour l’occasion, aux couleurs officielles du carnaval (le vert symbolisant la Foi, le violet, la justice et l’or, le pouvoir). C’est le Mardi Gras que l’ambiance est la plus électrique, voire la plus folle. D’interminables défiles de chars, de costumes colorés, de fanfares serpentent à travers la ville tandis que bonbons et pièces d’or sont lancés dans la foule. Le tout sur des musiques de jazz évidemment ! En 2019, du 6 janvier au 05 mars.

scene1-bigCe Carnaval, classé depuis 2008 au Patrimoine Immatériel de l’Humanité par l’Unesco, commence par une cérémonie dédiée à la Vierge du Gouffre. Il se poursuit durant toute une semaine par des déambulations de milliers de danseurs et de musiciens, aux costumes originaux et colorés, sur les 4 kilomètres du parcours. Le cortège se termine par la présentation de deux pièces de théâtre qui rappellent les mystères médiévaux. En 2019, du 23 février au 04 mars.

nhcCréé en 1966 par les habitants du quartier pour la plupart migrants venus des Caraïbes, il a la particularité de se dérouler en été, le dernier we du mois d’août. Il apporte aux rues et ruelles, chaleur, sonorités exotiques, costumes colorés et danses endiablées. Une particularité est la présence de semi-remorques garnies d’enceintes diffusant une musique rythmée et fortement amplifiée, principalement de la « Soca » mais aussi du reggae, de la folk et du hip-hop. En 2019, les 25 et 26 août.

tie-163592_960_720Le jeudi gras est le premier d’une période festive durant laquelle tout le monde chante, danse, mange, boit et fait la fête avant l’austère période de carnaval. Ce jour est particulier car les femmes sont autorisées à couper les cravates de tous les hommes qu’elles croisent. C’est leur carnaval, elles ont le pouvoir et gare à ceux qui ne jouent pas le jeu ! Les jours suivants, les festivités se poursuivent pour atteindre le summum les lundi et mardi suivants. En 2019, jeudi gras le 28 février. Carnaval complet du 28 février au 05 mars.  

nice-bataille-de-fleurs-81Ce carnaval, créé en 1294, est le plus ancien de l’histoire. Chaque année, un thème particulier est choisi et tout (chars, défilés, musiques, fleurs, couleurs) tourne autour de ce thème. Des corsos carnavalesques et fleuris, des batailles de fleurs, des défilés colorés, des parades de danseurs et de musiciens issus de tous les pays, se croisent et s’unissent pour présenter un spectacle haut en couleurs pendant une quinzaine de jours et de nuits. Sans oublier l’incinération du Roi qui clôture ces deux semaines trépidantes. En 2019, du 16 février au 02 mars.

 

Et chez nous, en Belgique, les carnavals n’ont rien à envier à ceux de l’étranger, voyez plutôt : 

family-1469130_960_720Issu de la légende de Charles Martel (ayant terrassé, à 9 ans, un ours à l’aide d’un marteau) qui  figure sur la fontaine dite de l’Ours, ce carnaval existe depuis 1954. Les ursidés y sont mis à l’honneur et paradent, en nombre, au milieu des chars et du géant Martin II. Les demoiselles du public se font temporairement emprisonner dans une redoutable « cage » et à la fin du défilé, de petits ours en peluche porte-bonheur sont jetés dans la foule par les roi et reine du carnaval depuis le balcon de l’Hôtel de Ville. « A Andenne, point d’ours mal léché », venez-y faire la fête le 31 mars 2019. 

marche_en_famenne

Si Gugusse, petit personnage moqueur et joyeux, est à l’origine de ce carnaval connu depuis 1862, il n’est pas le seul à défiler. Il est accompagné de la « Grosse Biesse », du genre « dragon », ainsi que du Grand Georges ultime sonneur public de la ville. Le Prince Carnaval, qui depuis 1995 porte le nom de Grand Mautchî ainsi que les sociétés locales complètent le cortège. Particularité également, des inscriptions humoristiques ornent les vitrines des commerces de l’entité. En 2019, du 02 au 05 mars.

 

 

Dans les cantons de l’Est, tout comme en Allemagne, sa voisine, les festivités du carnaval débutent le 11/11 à 11h11. Cependant, les manifestations carnavalesques les plus importantes s’ouvrent le jeudi gras qui, comme en Rhénanie, est le jour des femmes coupeuses de cravates.

Le «Rosenmontag» ou le « Lundi des Roses » est incontournable. Ce nom découle de la légende qui raconte la consécration de ce jour par le pape et ce, au moyen d’une rose. Un cortège d’une centaine de chars et de groupes et présidé par le Prince carnaval, déambule dans les rues pendant près de deux heures. Inutile de préciser que bonbons, friandises, surprises et autres gadgets inondent les spectateurs qui, pour ne rien perdre, présentent leurs parapluies ouverts et retournés. Le brûlage du « Küch », un cochon de papier et de paille, symbolisant le carnaval, clôture cette période un peu folle. En 2019, le Rosenmontag aura lieu le 04 mars.

p06Les «Blancs-Moussis» (ou habillés de blanc) sont frondeurs, satyriques et très amuseurs. Vêtus d’une taie et d’un simple drap blancs, affublés d’un masque avec un nez en carotte, ils parodient les moines du XVème siècle, interdits de carnaval après une période de grand laxisme. Durant le cortège, ils interpellent les spectateurs au moyen de leurs grognements, les fouettent avec leurs vessies de porc bien gonflées avant de les inonder de confettis. Suivent des porteurs de ramons qui décoiffent le public et qui précèdent les chars souffleurs de confettis, sans oublier les colleurs d’affiches satyriques et les pécheurs qui baladent des poissons dans la foule. En 2019, du 30 mars au 1er avril.

Carnaval Vénitien  – Bruges.

carnival-3084568_960_720La Venise du Nord, la bien nommée, accueille pour la quatrième année consécutive son carnaval vénitien. Il consiste en promenades animées empruntant quatre parcours différents dans les jolies ruelles médiévales. Les participants portent des costumes dont le romantisme n’a rien à envier à ceux portés en Italie. Les masques ne sont pas oubliés : Bauta, Gnaga, Moretta et celui du docteur de la peste complètent à merveille les magnifiques tenues arborées par la centaine de figurants. En 2019, les 12 et 13 janvier.

Et encore plus près de chez nous, dans la région du Centre :

Carnaval de Binche – Les Gilles de Binche.  En 2019, du 03 au 5 mars.

Le Carnaval de Binche, dont la réputation n’est plus à faire, est l’un des plus anciens de Belgique. Depuis 2003, il est reconnu comme « Patrimoine Oral et Immatériel de l’Humanité » par l’UNESCO.

Ses origines sont assez floues, plusieurs versions sont avancées :

  • 2017-05-01_1341Selon la légende populaire inventée par Adolphe Delmée, journaliste du XIXe siècle, les Binchois auraient apprécié les costumes portés par des Incas lors des fêtes organisées par Marie de Hongrie en 1549, pour accueillir son frère Charles Quint et son neveu Philippe II. Depuis lors, les Binchois perpétueraient cette tradition.
  • Selon Samuel Glotz ( Folkloriste belge, Docteur en Philologie Romane, Fondateur du Musée du Carnaval et du Masque, fervent défenseur des traditions – 1916-2006), la première mention du Carnaval dans les archives de la Ville de Binche remonterait au 14ème siècle (1394).
  • Si les archives communales sont riches en renseignements pour le 19ème siècle, elles fournissent peu d’ informations pour les siècles précédents (au 18ème siècle, quelques mentions éparses relatent des mascarades qui se déroulaient durant les jours gras à la veille du carême). Peu d’ archives communales, pas de photographie, il ne reste donc que la  peinture, la gravure et la tradition orale pour nous représenter le « Gille » et le « Carnaval ».
  • 75179fa7b3a6311c540da4c34a183701--comedia-dell-arte-veneziaPierrot-Gille : Dans les archives communales de 1795, apparait pour la première fois un personnage en habit dit « de gille » fortement influencé sans doute par le « Pierrot Gille » de la Commedia dell’ Arte, théâtre apparu au 16ème siècle.
  • Le gille actuel : Il semble être le résultat d’une évolution, lente mais certaine, du personnage  cité ci-dessus (collerette, barrette, chapeau, vêtement ample) auquel s’ajoutent progressivement les bosses de Polichinelle, des ornements rouges, jaunes et noirs liés à la création de la Belgique (1830), destinés à l’embellir et ensuite à l’embourgeoiser (consommation de champagne, d’huitres et offrandes d’oranges). Cependant, le personnage conserve une once de rusticité de par la toile de son costume, de par ses sabots et de par la simplicité de son ramon, tout en magnifiant certains éléments comme le chapeau en plumes d’autruche.

La préparation du Carnaval.

Pendant plusieurs mois, les Binchois préparent leur carnaval qui est un évènement très important pour eux car il leur donne le sentiment d’être « uniques » d’où l’expression « Il n’y a qu’un Binche au monde ! »

Le Carnaval atteint son apogée le Dimanche gras, le Lundi gras et « Le » grand jour, « Le Mardi gras », mais les préparatifs pré-carnavalesques commencent 6 semaines avant ces dates. Ils consistent en répétitions diverses, de concerts, en sus des six sorties dominicales de trois types différents :

  1. Les répétitions de batterie où, dans un premier temps, les sociétés (c’est-à-dire les groupes des futurs gilles du Mardi gras) auditionnent leur batterie dans leur local respectif, au sein d’un café du centre-ville,
  2. Les soumonces en batterie (du terme «semondre» : annoncer, en vieux français) où, dès 17 heures, les sociétés sortent au rythme des tambours et des grosses caisses dans le cœur de la cité,
  3. et finalement les soumonces en musique, où un orchestre de cuivres vient se joindre aux batteries. Lors de ces dernières, les participants portent en général le costume du Dimanche gras de l’année précédente (un costume de fantaisie).

Les jours du Carnaval.

Venez découvrir une fête haute en couleurs qui constitue un véritable folklore issu de traditions orales, mais très anciennes. C’est un événement populaire, humain et social hors du commun. En 2019, les 03, 04 et 05 mars.

Le Dimanche Gras.

img_1726

Il appartient aux “sociétés”, c’est-à-dire à des bandes de copains, de parents, ou de connaissances portant le même déguisement pour danser au rythme de la musique. C’est un jour particulièrement coloré car les participants portent tous un déguisement de fantaisie, généralement haut en couleurs, imaginé dans le plus grand secret des mois à l’avance. Coutume un peu oubliée mais qui pourtant existe encore, certains hommes du cortège se déguisent en femmes avec des robes, jupes, perruques et bas résilles, de véritables « Mamzelles ». Même après le défilé, les sociétés continuent à déambuler en ville au son des tambours jusque tard dans la nuit..

Le lundi Gras.

thc2kuoei0Il est dit  « jour des jeunesses » car le public se partage entre les bals respectifs des trois jeunesses, la catholique, la libérale et la socialiste, trois groupes qui reflètent la structuration sociopolitique belge. C’est aussi le moment de sortie des quelques sociétés de fantaisie.
Ce jour profite aux enfants et aux jeunes, tandis que leurs parents se remettent des festivités bien arrosées de la veille… Il s’agit d’être en forme pour le lendemain!
Si certains gilles prennent un peu de repos, d’autres en profitent pour sortir plus librement entre amis au son de la viole. C’est le cas de « Chics types », des « Mervellouses », des « Sales djonee ».
En 2017, pour la première fois dans l’histoire du Carnaval de Binche, le lundi gras, un groupe exclusivement féminin a battu le pavé au son de la viole : ce sont Les Ladies Binchoises.


Le grand jour du Mardi Gras.

fa8100ea-1d90-11e9-8146-bd2731ae6a36_web__scale_0.6644518_0.6644519On peut avoir le plaisir de voir les Gilles, personnages emblématiques du Carnaval de Binche, qui sont de sortie dès 4 heures du matin au son du tambour avec les Arlequins, les Pierrots, les Marins, les Paysans.
A Binche, c’est uniquement ce jour qu’on peut les rencontrer car il leur est interdit de se déplacer à l’extérieur. Le costume, uniquement réservé aux hommes, a subi de multiples modifications et ses origines sont mystérieuses. L’affiche du carnaval 2019 vient d’être dévoilée. Elle met à l’honneur gille et paysan masqués, ainsi que le patrimoine architectural de la cité.

Voici un site intéressant pour tout savoir sur le carnaval et le Gilles et son beau costume :
https://sites.google.com/site/bossuduramipont/historique-origine-du-gille

Dans la région du Centre , d’autres carnavals emboitent le « pas » au Carnaval de Binche notamment La Louvière, Estinnes, Leval, Ressaix, Chapelle-Lez-Herlaimont et notamment aussi Mont Sainte Aldegonde, Morlanwelz et Carnières.

Carnaval de Mont-Sainte-Aldegonde.

Les gilles de cette entité sont les premiers de l’année à sortir en costumes. Ils devancent ceux de Binche de deux jours puisqu’ils battent le pavé avec barrettes et apertintailles dès le dimanche gras. D’autres sociétés les accompagnent dans une ambiance festive et familiale. En 2019, les 03, 04 et 05 mars.

Carnaval de Morlanvelz.

Ce carnaval est un véritable fleuron pour l’entité. Il a lieu le 1er dimanche qui suit le mardi-gras. Comme un GRAND FEU y est allumé, Il porte le nom «FEUREU».

La soumonce générale, véritable petit carnaval selon certains, se déroule deux semaines avant le grand jour. Les participants sont tous déguisés en écossais, en  indiens, en émirs ou dans des vêtements qui parodient l’actualité… Tous ces travestis, luxueux ou modestes, exécutent la danse du gille.

La sortie aux chandelles des «Vîs Grands Pés»
Les «Vîs Grands Pés» défilent tous en chemise, bonnet de nuit, long caleçon blanc, sabots, un bougeoir à la main, la chandelle allumée. La tenue est simple, volontairement.
Petits et grands y participent et l’ambiance y est plus que chaleureuse. Ce samedi gras, donc une semaine avant le carnaval, est le seul moment de sortie de ce groupe qui, depuis 2016, est rejoint par les « Vîs Grands Més ». En 2019, le 02 février 2019.

img_7627

Le dimanche matin, le gille se lève tôt, souvent dès quatre heures… Il endosse son costume et c’est le ramassage. Ici et là, le son du fifre se fait entendre. En matinée, les différentes sociétés sont reçues par les autorités communales à l’Hôtel de Ville.
À 11 heures, sur la Grand Place noire de monde, le RONDEAU clôture la matinée. A 16 heures, devant une foule accourue de partout, un CORTEGE varié et bigarré parcourt les rues principales de la localité. Parents, amis et spectateurs recevront l’offrande du gille : L’ORANGE.

midsummer-142494_960_720Le lundi, dès 9 heures du matin, la jeunesse organise une sortie à la viole. A 18 heures 30, un grand CORTEGE des sociétés aux feux de Bengale, prend son départ sur la place du marché. L’apothéose du carnaval a lieu le soir où les groupes forment un  énorme rondeau autour d’un bûcher « LE FEU » allumé au centre de la place, tandis qu’un grandiose feu d’artifice éclaire le ciel.
Le Feureu, signe de convivialité, de solidarité et d’amitié sait rendre les gens égaux et heureux. 

Carnaval de Carnières.

554_244_14-1-0-00Comme l’écrit Madame A.M.Marré-Mulls dans la brochure « Le Carnaval de Carnières » éditée en 2016 et disponible au Musée de la Haute Haine de l’entité, ce « carnaval n’est pas un spectacle avec d’un côté les acteurs et de l’autre, les spectateurs, mais c’est l’expression d’une joie collective car tout le monde veut s’amuser, rire, boire et danser. » Il serait apparu vers 1860 et à cette époque, les Gilles Peyron défilaient sous le nom de « Gilles ramponeau » et ce, jusqu’en 1928. Ils portaient un chapeau très particulier, « un shako recouvert de velours grenat, avec bord relevé latéralement, orné de galons de couleurs vives et d’une ou plusieurs plumes de marabout ou d’autruche. C’est le ramponeau. La structure […] rappelait le filtre qu’on posait sur un pot de grès […] pour faire le café ». (extrait de cette même brochure en pages 13 et 16). Une originalité malheureusement perdue de nos jours ! En 2019, les 07, 08 et 09 avril.

Si vous souhaitez assister aux multiples festivités carnavalesques de notre belle Wallonie, la liste non-exhaustive des carnavals est disponible sur le forum dédié aux carnavals : http://carnaval.forumactif.com/t4106-agenda-des-carnavals-2019. 

Un tout grand merci à Joëlle pour son immense contribution à la rédaction de cet article.