Pour aller plus loin… gérer les déchets

Vivre autrement !

« Plus j’avance dans la vie et plus s’affirme en moi la conviction selon laquelle il ne peut y avoir de changement de société sans un profond changement humain »  Pierre Rabhi

Après cette période d’excès alimentaire et avec les bonnes résolutions de la nouvelle année, j’ai envie de penser qu’un changement individuel est possible.

Parfois une seule image, une seule parole, nous fait réfléchir, voire même adopter un changement dans nos habitudes, dans nos attitudes.

Pour ma part, c’est une mer de plastic flottant, le septième continent, qui m’a totalement bouleversée.

500_F_123780524_vqBvLrVx75U7QV5JuUNeigyAFaqLDFHy

On estime que 80 % des déchets en mer proviennent surtout des déchets ménagers, qui sont mal collectés, mal recyclés ou abandonnés dans la nature ou sur les bords des routes. Ces déchets vont être portés par les vents, poussés par les pluies pour emprunter le chemin des égouts, des rivières et des fleuves, pour finir dans les océans.

Pourquoi nos déchets sont-ils si nombreux ?

Aucune civilisation, précédemment, n’a produit autant de superflu et aucune population n’a engendré autant de déchets ! Nous allons vers une catastrophe, bientôt la terre ne sera plus habitable.

garbage-2729608_960_720

Pour un soi-disant progrès, les grosses sociétés industrielles épuisent les ressources de notre terre, proposent de plus en plus d’objets inutiles.

a92e736bd512b9b5262b0ccbaace1064Face à cette mer de plastics flottants, nous pouvons utiliser les bouteilles en verre, car nous avons la chance de vivre dans un pays où l’eau du robinet est potable. C’est ce qui m’a semblé le plus facile à mettre en place directement.

Ensuite, les magasins ont reçu la consigne d’utiliser des sacs en papier pour emballer fruits et légumes, mais nous pouvons faire mieux encore en utilisant des sacs en tissu léger, que nous aurons confectionnés nous-mêmes, mais qui sont également en vente au rayon légumes de nombreuses grandes surfaces.

vegetables-3198801_960_720Consommer local a beaucoup d’avantages, en fréquentant les marchés par exemple, moins d’emballage,  et en prenant la quantité qui nous convient, moins de déchets !

Nous savons que réduire sa consommation de viande au quotidien est bénéfique à bien des égards et notamment pour la santé, l’environnement et les conditions de vie des animaux. Alors essayons un « jour sans ».

Un atout majeur pour la mise en place d’un changement est sans conteste l’éducation des enfants, (bien sûr des grands aussi) !

Pierre Rabhi, encore lui, nous dira : « Au demeurant, rien n’empêche de promouvoir partout une forme éducative qui abolisse la compétition au profit de l’émulation, de la solidarité, de l’associativité, de l’équilibre et de la complémentarité féminin-masculin.  Une éducation qui cultive l’émerveillement, préserve de l’envahissement des écrans et des machines et permet ainsi une rapide et bénéfique évolution vers une société plus conviviale et solidaire. »

Il y a tant et tant de choses à faire avec les enfants, avant tout les écouter, prendre son temps, les accueillir et transmettre.

mon-journal-de-grand-mere-un-album-pour-que-les-grands-mamans-se-racontent-495753

 

Transmettre des petites choses du quotidien, ça peut être raconter une histoire, expliquer une recette de cuisine, suivant l’âge et leurs intérêts.

 

cuisson-de-grand-mère-et-de-petite-fille-dans-la-cuisine-55897072

Cuisiner avec eux permet d’inculquer de nombreux critères du mieux vivre.

Le partage, l’entraide, le bon gout, le beau…

 

Développer l’autonomie ainsi que l’esprit critique est aussi nécessaire.  Nous pouvons de temps à autre évaluer si nos actions nous mènent là où nous l’avions décidé !

Notre « boulimie » de plaisir immédiat nous pousse à consommer toujours plus.

Bien sûr, de nombreuses actions vont contribuer à réduire notre impact négatif sur la planète mais il faut bien commencer quelque part et par quelque chose qui, non seulement a du sens, mais en plus, est très facile à mettre en place.
earth-1013746_960_720Pourquoi ne pas faire de la modération un art de vivre? Le juste milieu, c’est toujours mieux.                                                           

L’excès nuit en tout !