Quelques explications à propos… Des Sapins.

 

Noël approche à grands pas et nombreux sont ceux qui vont choisir un sapin et le garnir, si ce n’est déjà fait! Qu’il soit naturel ou artificiel, stylisé ou traditionnel, il reste un des symboles incontournables de cette fête qui ravit les petits… et les grands.

Mais quelle est l’origine de cette jolie coutume?

Ce serait du 16ème siècle que dateraient les premières mentions « historiques  » du sapin de Noël.

sans-titreCependant, dès 2000 à 1200 avant Jésus-Christ, les Celtes avaient attribué un arbre à chaque mois  lunaire et l’épicéa était celui de décembre. La fin de ce mois correspondait au solstice d’hiver donc à la renaissance de la lumière, du soleil et bientôt de la nature toute entière avec ses fruits, ses fleurs et ses récoltes. Pour rivaliser avec cette fête païenne (souvent organisée le 24 décembre) pour laquelle un épicéa était décoré de fruits, de fleurs et de blé, le clergé institua, dès 354, la nativité du Christ le 25 décembre.

saint_boniface

 

Dès le VIIème siècle, la légende de Saint Boniface, moine allemand,  expliquera la plantation de jeunes sapins pour célébrer la nativité.

 

Au Moyen-Age (14è et 15è siècles), des sapins décorés de pommes tenaient un rôle important dans les Mystères, saynètes arbre-pommes-rougesreprésentant des épisodes de la Bible jouées sur les parvis des églises. Un Mystère parmi les plus populaires de l’époque, joué un 24 décembre, était celui de la création de l’Homme ainsi que du péché d’Adam et Eve motivant leur exclusion du Paradis et annonçant l’arrivée imminente du Sauveur. L’arbre dans le jardin d’Eden était symbolisé par un sapin resté bien vert, garni de pommes très rouges et porté par Adam.

Nous voici arrivés en 1529, où une ordonnance nous apprend qu’en Alsace, à Strasbourg plus précisément, des sapins sont vendus au marché pour éviter le pillage de certaines forêts, voisines des villes comme ce fut le cas en 1521 à Sélestat.  Il leur est attribué des pouvoirs divins au grand dam de l’Eglise qui cherche à les interdire sans succès. Au contraire, cette coutume s’ancre de plus en plus et bien que non garnis, ils entrent de plus en plus souvent dans les maisons.

pretzels_gebildbrot_dough_salty_salt_crumble_grains_of_salt_pastries_piquant-1036780Cependant, des descriptions datant de 1570 et de 1605 font état d’arbres décorés tout d’abord de pommes, de noix, de dattes, de bretzeln et de fleurs en papier à Brême (nord-ouest de l’Allemagne) et de roses en papier, de pommes, de galettes et de bonbons dorés en Alsace cette fois. La rose représente la Vierge Marie. Lorsque l’hostie, symbole du Christ, va décorer l’arbre à son tour, ce dernier appelé « Christbaum », entrera dans tous les foyers chrétiens pour célébrer l’avènement de l’Enfant Jésus. Dès lors, les cookies épicés et parfumés au gingembre, de formes variées – anges, étoiles, cloches, cœurs, etc.-  vont rapidement remplacer les galettes et les friandises en sucre transparent vont parfaire la décoration.

33220028

L’arbre de Noël va, lui – même, évoluer et prendre diverses formes au cours des 17ème et 18ème siècles. Dans certaines régions d’Allemagne et d’Autriche, la pointe du sapin est coupée, décorée de bandes de papier rouge et suspendue à l’envers au plafond… Comme quoi cette présentation vue comme une innovation il y a quelques années dans notre pays, n’est pas une réelle nouveauté ! Les sapins du 18ème sont chargés de friandises, de noix dorées ou argentées, de douceurs diverses, de pommes. Ils sont de véritables odes à la gourmandise.

 

Et les illuminations des sapins? 

candles-141892_960_720Selon la légende, Martin Luther (1483-1546), père de la Réforme de l’Eglise, inspiré par le ciel étoilé d’une magnifique nuit de Noël, aurait placé de nombreuses bougies dans l’arbre pour symboliser le Christ comme « Lumière du Monde ». Cependant, la première mention de véritables illuminations d’arbres de Noël date du 17è. Des coquilles de noix remplies d’huile dans lesquelles baignait une mèche ou des chandelles souples bien arrimées aux branches permettaient aux sapins de briller de mille feux.

Jusque dans les années 1860, les sapins allemands, plutôt de petites tailles,  étaient posés au centre d’une table couverte d’une nappe blanche représentant la neige.

 

Différentes décorations apparaissent. Tout d’abord, dès la fin du 19ème siècle, suite à une sécheresse importante, l’Est de la France est privé de ses fruits. Rien n’est disponible pour décorer les arbres de Noël. En Moselle, un artisan verrier a l’idée lumineuse de créer des boules en verre pour remplacer les pommes non disponibles. Des perles multicolores sont également fabriquées notamment en Tchécoslovaquie, tandis que les allemands se spécialisent dans les guirlandes brillantes.

En Angleterre, apparait ensuite la chromolithographie très vite adoptée par les imprimeurs allemands. De très belles images colorées représentant anges souriants et autres personnages féériques viennent compléter les ornements des sapins, devenus, au cours du temps, plus imposants. Depuis la fin du 19è siècle, Ils trônent, alors du sol au plafond,  dans un coin du salon.

Enfin, en 1882, grâce à Thomas Edison, les premiers globes électriques bleus, blancs et rouges illuminent un sapin à New York. Et dès 1920, la coutume des sapins de Noël est adoptée par la plupart des foyers américains tout comme en Europe d’ailleurs.

Depuis les années 2000, progrès et écologie obligent, les  « leds » ont remplacé les ampoules traditionnelles et nos décorations scintillent de plus belle. Les arbres de noël revêtent des formes révolutionnaires mais la magie est toujours présente…

 

fir-1020368_640Cependant, d’après un article signé V.S. paru en page 11 dans le quotidien La Dernière Heure- Les Sports du 5 décembre dernier, « un belge sur cinq opte pour le sapin naturel ». Le premier critère de choix est qu’il soit produit dans notre pays, en Ardennes en l’occurrence. Le second est l’espèce achetée. Si l’épicéa a encore la cote auprès des amoureux de son arôme caractéristique, le Nordmann ,bien que moins parfumé, est de plus en plus prisé car ses épines restent en place plus d’un mois lorsqu’il est conservé dans nos intérieurs.

Quelles que soient sa forme et son origine, qu’il soit traditionnel ou stylisé, naturel ou artificiel , issu de la culture écologique ou plus intensive, votre sapin est unique et sa présence vous enchantera durant de longues semaines. Pourquoi alors ne pas entonner cet air connu pour lui rendre un hommage amplement mérité?

Mon_beau_sapinMon beau sapin,
Roi des forêts
Que j’aime ta verdure.
Quand par l’hiver
Bois et guérêts

Sont dépouillés
De leurs attraits
Mon beau sapin,
Roi des forêts
Tu gardes ta parure.

7a0298348ccfToi que Noël
Planta chez nous
Au saint anniversaire
Joli sapin,
Comme ils sont doux
Et tes bonbons
Et tes joujoux
Toi que Noël
Planta chez nous
Par les mains de ma mère

Mon beau sapin,

Tes verts sommets
Et leur fidèle ombrage
De la foi qui ne ment jamais
De la constance et de la paix

Mon beau sapin,
Tes verts sommets
M’offrent la douce image.

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin, quelques références consultées pour la rédaction de cet article :