Ça se passe près de chez vous… Trésors textiles, l’art sacré se dévoile

Le Centre d’Histoire et d’Art Sacré, le CHASHA, a pour mission première de conserver et mettre en valeur le patrimoine religieux en Hainaut .

Il nous présente à l’Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance sa deuxième exposition consacrée aux textiles religieux.
Nous pouvons y admirer à la fois de superbes  tissus  mais aussi leurs secrets de fabrication.

Les chapes (capes) et autres chasubles qui sont exposées proviennent des églises de notre région et  sont tantôt brodées d’or, tantôt d’argent, ou de fils précieux et datent pour les plus anciennes du 15ème siècle.

Il faut savoir que l’une ou l’autre sont portées en des moments bien définis de l’office religieux et que leurs couleurs varient en fonction des différentes périodes de l’année :

  • le blanc est la couleur de la joie, de l’espérance comme les fêtes pascales ou la Noël ;
  • le rouge, couleur de la passion,  sera réservée au dimanche des rameaux, au Vendredi saint, à la Pentecôte ;
  • le violet et le rose représentent  les périodes de purification : temps de l’Avent et du Carême mais aussi les messes des défunts ;
  • le vert sera quant à lui utilisé pour toute autre circonstance .

Un ensemble composé de plusieurs éléments «  à l’ornement rose » ayant été porté par prêtre et évêque à Bonne-Espérance au 18 ème siècle est de toute beauté.

IMG_1342

Nous apprenons que les broderies destinées à égayer ces merveilles étaient réalisées dans des ateliers,  lesquels employaient en majorité des hommes. Les vêtements étaient commandés par morceaux, en fonction des richesses de l’évêché, mais aussi en rapport avec les aptitudes des différents brodeurs, certains réalisaient les visages, d’autres étant plus habiles à la reproduction d’un point de chaînette.

La datation de ces œuvres d’art est estimée en fonction des points de broderie employés et non des motifs qui pouvaient quant à eux être créés par un grand peintre (Van Dick) proposant un  carton (comme en tapisserie), avant d’être reproduits sur la soie naturelle.

Un voile de statue de la Vierge à l’Enfant, plusieurs étoles, une mitre et un tablier maçonnique nous plongent dans un monde somptueux.

IMG_1348

 

Outre cette mission de sauvegarde du patrimoine religieux, le CHASHA réalise des vêtements destinés à habiller des Saints exposés dans nos églises.
Ainsi nous pouvons admirer le travail de couture et de broderie, réalisé sur place, d’une robe destinée à la Vierge à l’Enfant de l’Eglise Saint-Nicolas à Mons et exécuté de main de maître par trois dames bénévoles.

 

 

N’hésitez pas à engager la conversation avec ces dames qui ne demandent qu’à vous faire partager leur passion.

Ces merveilles sont à admirer jusqu’au 21 octobre prochain, le dimanche de 14 h 30 à 18 h.

Plus d’infos, cliquez ici