Rencontre avec … Daniel Simon, écrivain

Il y a 7 ans une des membres du Kiosque a rencontré Daniel Simon lors d’un atelier d’écriture, ce fut la révélation : l’écriture, le regard élargi sur le monde et surtout la réflexion sur ce qui nous fait homme. Pour le Kiosque, Daniel Simon a bien voulu se prêter au jeu de l’interviewé. Il nous parle de l’origine des ateliers et nous livre ses réflexions sur ce milieu en évolution constante.

Pour connaître le travail de Daniel Simon, nous vous conseillons vivement de circuler au gré de ses articles dans son très beau blog : je suis un lieu commun

13886934_10153729070497927_2385097593333224546_n

Le K : Qui es-tu Daniel Simon ?

DS : Un gamin né au siècle précédent et qui vieillit dans celui-ci, un habitant du Titanic. Certains disent que je suis … un ogre, d’autres, un homme de confiance, d’autres, un emmerdeur, un hérisson. Je me sens de plus en plus devenir un … ours accueillant et irrémédiablement un écrivain.

Le K : Les ateliers d’écriture, qu’est-ce que c’est ?

DS : Un temps et un lieu où des personnes choisissent de travailler leur projet d’écriture ou leur envie, ou besoin d’écrire et se réunissent régulièrement avec quelqu’un que l’on appelle l’animatrice ou l’animateur. On écrit dans l’atelier souvent, pas toujours, on lit les textes, on les commente, on propose des ajustements… On y apprend que lire son texte, c’est aussi entendre sa respiration et donc comprendre enfin le rôle de la ponctuation.

Le K : L’origine des ateliers ?

DS : Les années 60, 70 dans le sillage de 68…

“L’orthographe est une mandarine” était un des slogans de 68 qui me révulsait.

Le Mandarin (le Lettré) était haï par des …Lettrés du futur…

IL fallait donc détruire le privilège des Lettrés “les codes de la langue”. C’est fait!

Par ailleurs, il fallait “rendre la parole au peuple”, aux gens comme on dit aujourd’hui.

D’où ce désir d’atelier, pas d’université, mais bien d’un établi  commun…

Aujourd’hui le désir de reconnaissance par l’Institution a été le plus fort et des “universités” existent. Ca me fait sourire.

writing-1209121_1920

Le K : Quand as-tu commencé à animer des ateliers ?

DS : Milieu des années 70, on improvisait et c’était passionnant comme un premier amour.

Le K : Qui vient aux ateliers d’écriture ? et quels sont leurs raisons à suivre un atelier d’écriture ? 

DS : Des personnes de toute condition et de motivations diverses, des très jeunes, des personnes très âgées, mais globalement, plus de femmes, toujours et peu de personnes d’origine extra-européenne. Sauf bien entendu dans les ateliers “thérapeutiques”, pour les…” , “avec les…”, “contre les…”. Ce sont des outils alors de remédiation sociale.

Le K: Quels sont les tarifs des ateliers ? Y a-t-il un tarif de base ? Sur quoi s’appuient ces tarifs ? 

DS : Libre ! Mais il paraît que nous pratiquons des tarifs à peu près semblables. C’est évidemment faux. Marché libre. Et un vrai Marché pour certaines et certains. Globalement 50 euros/h par atelier, comme animateur. Chez moi, environ 13 séances de trois heures (au moins) pour 150 euros/personne.

writer-1421099_1920

Le K : Tu es avant tout auteur, que t’apportent les ateliers dans ton travail d’écrivain ?

DS : Me confronter à ce que je recherche moi aussi  (écrire “juste” et pas “bien”, ce qui ne veut rien dire) et transmettre, non, ce qu’il faut faire (quelle pitié!) mais ce qu’il ne faut pas “croire” (car dans les ateliers, les croyances sont nombreuses: écrire avec ses “tripes” et “c’est vrai” en sont les plus célèbres !). Donc, en gros, “retirer” plus qu’ajouter” dans le texte. Aller vers la simplicité et se dire que l’écriture ne sert pas à mettre par écrit ce qu’on peut dire oralement ! L’écriture cherche ailleurs, à côté, en-dessous, mais ailleurs…

Le K : Vois-tu une différence dans l’écriture entre les personnes de 50 ans et plus, qui écrivaient dans des carnets ou à la machine à écrire, et la nouvelle génération des 20-25 ans qui a baigné dans les skyblogs ? 

DS : La langue est devenue du langage et les subtilités de la langue qui permettent de penser avec subtilité sont de plus en plus rabotées par des injonctions idiotes : “Mets tout au présent, c’est plus vivant !”, “Fais des phrases courtes”, “Ne complique pas!” (qui veut dire : « sois au niveau plancher »). Avec les Réseaux, le coup de grâce a été donné.

Le K : Tu as rencontré de nombreux publics tout au long de tes 30 ans d’atelier, pourrais-tu nous raconter une rencontre qui t’a marqué ? 

Des personnes comme toi, et des personnes âgées qui terminaient leur récit de vie et puis, calmement, mouraient (j’en parle dans mon livre “La troisième séance” [1]), des personnes en quête de leur « vérité » (familiale, sentimentale, sociale), des personnes qui souhaitent entrer en littérature et qui souhaitent également publier…

Par ailleurs, des personnes participent à mon atelier depuis 10 ans, c’est une sorte de rendez-vous avec le temps, la durée, le voyage dans ce que nous avons perdu, le temps…

Le K : Peux-tu donner les dates de l’atelier d’août et expliquer le nom de ton blog ?

DS : Première semaine du mois d’août (6 au 10 août), bibliothèque Sésame, Schaerbeek,  “Ecrire à partir de photos”…

Mon Blog: “Je suis un lieu commun”, c’est une  façon de dire que je suis comme chacun dans des lieux communs, que je traque depuis toujours…mais que mon Blog souhaite être un endroit “fréquentable” par chacune et chacun…

[1] “La troisième séance” (sur les ateliers d’écriture) de Daniel Simon, Editions Couleur livres, collection Je, 2010, 12 euros (10 pour tes lecteurs)

Le K : Merci Daniel !

Daniel Simon en quelques livres et sa collection « Je » chez Couleur livre:

trois-seance-cover1-BD
Troisième séance, 2009 Couleur livres
vous-ecoute
Je vous écoute, Couleur livres, 2009
je collection
Collection « Je », chez Couleur livres

 

 

autobio-cover1-rvb-150x228
Autobiographie rêvée, Couleur livres, 2016

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s